• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 11 avril 2010

Vivaldi – Armida al campo d’Egitto

11042010

Vivaldi - Armida al campo d'Egitto dans Baroque vivaldiarmidaalessandrininaiveIl y a dix ans, Naïve se lançait dans le pari assez fou d’exhumer les fonds Foà et Giordano de la Bibliothèque nationale de Turin, rassemblant une bonne partie de la production vivaldienne sous forme manuscrite et en partie inédite. L’Armida est le dixième opéra de l’Edition Vivaldi.

L’œuvre clôt la première phase la production d’opéras du prêtre roux et est représentée au carnaval de 1718, à Venise. Le succès fut tel que le compositeur la repris pour ouvrir la saison du Teatro Archiducale de Mantoue où l’opus fut à l’affiche pendant plus d’un mois. Quelques arie en furent même extraites afin de séduire le difficile public romain dans l’Ercole sul Termodonte. L’opéra sera même repris quelques années à peine avant le départ de Vivaldi pour Vienne. C’est dire si l’œuvre séduisait le public.

L’Armida tranche significativement avec l’ensemble de la production opératique du Vénitien : d’abord, l’effectif est réduit aux seules cordes, à quelques arie près, alors que nous sommes habitués à une instrumentation plus variée ; ensuite – et c’est lié au point précédent – nous sommes face à une écriture plus sage, moins exubérante et, disons-le, plus simple. Il faut dire que Vivaldi n’a non plus pas encore à devoir rivaliser avec l’opéra napolitain. Cet opus est donc un peu plus « vénitien », par les remarques précitées. L’héroïne de La Jérusalem délivrée du Tasse en est le sujet, traité de manière plutôt légère et affranchie de la tragédie originale. Exit donc les personnages aussi emblématiques que Roland, Renaud ou Tancrède, à peine évoqués.

Alors, que dire de cet enregistrement ? Pas mauvais mais pas passionnant non plus. À vrai dire, on s’ennuie un peu. On rêve quand on lit le sujet ; on désenchante devant la légèreté de son traitement et la longueur des récitatifs. Mais passons. Rinaldo Alessandrini prend ici le parti de l’ « historiquement le plus juste possible » (à savoir un effectif très réduit en raison de l’étroitesse de la salle du Teatro San Moisè dans laquelle l’opéra fut joué à Venise), quitte à perdre un peu en densité sonore. Quoique… elle semble bien présente à certains moments. C’est plutôt la sagesse du chef qui déçoit. Vivaldi, ce n’est pas que des attaques ou de la dextérité ; c’est aussi de la poésie et des subtilités mélodiques. Où sont-elles ? Certes, il y en a et certains artistes tels Sara Mingardo n’ont plus à démontrer leur talent dans le domaine mais elles demeurent trop rares chez les chanteurs et surtout dans l’orchestre. La subtilité ne doit pas être synonyme de sagesse artistique. Certains récitatifs sont aussi trop rapides. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les extraits d’Armida du récital de Lorenzo Regazzo (dirigé par Alessandrini ; vol. 30 de l’Edition Vivaldi – extrait ci-dessus) à ceux de cet opus. L’orchestration manque d’engagement et de dynamisme.

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

Quant aux voix, elles sont belles mais le manque d’implication de certains artistes déçoit également. Où est passée l’expressivité de Furio Zanasi ? La grandeur naturelle de son personnage interpelle à chacune de ses interventions, mais l’artiste demeure trop distant de l’action. Malheureusement, la prise de son n’aide pas non plus les artistes à s’affirmer par rapport à la musique. L’extrait suivant l’illustre assez bien :

Image de prévisualisation YouTube

Quand je disais pas franchement mauvais (et on peut même souligner le travail convainquant du chef pour reconstituer la musique perdue du deuxième acte) mais pas vraiment passionnant…

Ce nouveau volume est le seul qui déçoit de manière significative depuis quelques années. Et gageons que le prochain volume de l’édition, consacré aux concerti per fagotto, nous fera oublier cette déception. Les premiers extraits disponibles sur le site de l’éditeur sont prometteurs. Fixons-nous donc rendez-vous le mois prochain pour l’écouter ensemble.

 

Vidéo de promotion de l’opéra

Image de prévisualisation YouTube







DANSE avec les étoiles |
Ex-Pression |
CATGRR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ma peinture
| AKHESA
| bricoles