• Accueil
  • > Musique
  • > Chants et soupirs des Renaissants selon Paul Van Nevel

Chants et soupirs des Renaissants selon Paul Van Nevel

27 02 2010

Chants et soupirs des Renaissants selon Paul Van Nevel dans Musique 680ed296bba85f3729581931bebcb51eLes surprises sur la toile sont souvent heureuses quoi qu’en disent certains. Pas plus tard que ce matin, j’ai découvert un documentaire sur Paul Van Nevel et son Huelgas Ensemble.

Paul Van Nevel, cigare à la main, reste fidèle à lui-même. Ce spécialiste du répertoire renaissant et polyphonique nous a livré des interprétations qui font date et le feront longtemps encore. Je ne peux que très vivement conseiller Utopia triumphans, le Canzoniere de Pétrarque par Roland de Lassus et le Requiem de Richafort. Bien d’autres enregistrements de l’ensemble mériteraient d’être cités, tout comme le sublime coffret sorti par Sony dernièrement. Des billets leurs seront consacrés bientôt dans ces pages.

Apprendre à observer, à essayer de comprendre et de vivre ces oeuvres, telle est l’invitation de Paul Van Nevel à un voyage au coeur de la quête du sens et de l’esthétique de la Renaissance, quête de l’existence humaine et des pulsations de la vie en définitive. Chants et soupirs des Renaissants selon Paul Van Nevel est un documentaire passionnant signé Sandrine Willems (2001) qui nous livre sa « révélation » de l’ensemble sur cette page.

 

Visionner le documentaire

Image de prévisualisation YouTube

 

Pour visionner le documentaire dans son entièreté, il suffit de cliquer sur l’image ci-dessous (playlist YouTube)

documentairevannevel dans Renaissance

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Van Nevel


Actions

Informations



3 réponses à “Chants et soupirs des Renaissants selon Paul Van Nevel”

  1. 2 03 2010
    Jean-Christophe (20:42:52) :

    Bonsoir cher Grégory,
    Je viens de terminer de regarder ce documentaire, je suis encore tout secoué, je t’assure, aussi j’espère que je ne vais pas être trop confus.
    Paul van Nevel est définitivement un grand bonhomme, même si j’avoue que je n’ai pas accroché sur son concert Bach et Praetorius donné à Saintes l’été dernier, où je l’ai senti comme étranger à la musique qu’il interprétait – je comprends d’ailleurs mieux pourquoi après avoir visionné ce film. Il faudrait d’ailleurs reprendre point par point tout ce que ce dernier contient, tant il est passionnant. Je crois, tout comme toi, que Paul van Nevel a compris pas mal de choses sur les rapports musique/espace, musique/paysage, musique/arts, musique/vie des compositeurs et des chantres, et qu’au-delà d’une leçon d’interprétation et d’intelligence, c’est une leçon de vie qu’il nous donne : apprendre à sentir, à prendre le temps (festina lente !), à regarder, toutes ces choses que notre modernité trémulante et galopante nous a désappris à faire, ce qui nous éloigne d’une compréhension réelle de musiques comme celles de la Renaissance. Nous la perdons, nous nous perdons.
    Après m’être plongé dans ce film, je me suis senti à la fois stupide face au nombre de choses que j’ignore et ravi du nombre de connaissances engrangées en si peu de temps. Ça m’a d’ailleurs donné envie de reprendre un à un tous mes disques de musique de la Renaissance pour les réécouter, afin de partir à la recherche de tout ce que j’avais loupé.
    Je te remercie, mon ami, d’avoir pris le temps de mettre en ligne ces vidéos, et j’espère que d’autres que moi les visionneront à leur tour. Elles valent, plus qu’un détour, qu’on suspende vraiment toute autre activité pour venir s’abreuver à leur lumineuse clarté.
    Amitiés à toi et merci encore.
    A bientôt,
    Jean-Christophe

  2. 4 03 2010
    lestroarmonico (21:19:22) :

    Cher J-C,

    Je suis heureux de voir que ce film t’a plu. Je partage ton enthousiasme. A vrai dire, ton sentiment a été le même que le mien : étonnement… je croyais connaître un peu la musique de la renaissance… et bien, non ! Et quand Van Nevel nous l’explique, on écoute comme des enfants à qui on raconte une histoire sensible et passionnante. Je n’ai eu qu’une seule envie après avoir visionné ce film – la même que la tienne en fait – reprendre mes disques de musique « renaissante » (quel vilain mot !) et les réécouter… Extase, d’une intensité renouvelée à chaque écoute du Requiem de Richafort. Et si un bille est consacré à ce film, c’est pour – bien modestement – en faire la promotion car il mérite d’être visionné par tous les mélomanes du répertoire.

    Ecoute, l’ami, il faudrait qu’on remette sur la table le projet que tu m’avais proposé, à savoir écrire à 4 mains (ou plus ?) sur ce sujet. Mais laissons-nous le temps de digérer ce « choc » d’abord…

    Pour info, Van Nevel a publié en 2002 un ouvrage introduction à la polyphonie de la Renaissance et à l’oeuvre de Gombert (c’est sous le titre de Nicolas Gombert qu’on peut le trouver)… Je vais m’empresser l’acquérir.

    Amitiés
    L’estro

  3. 7 04 2010
    Henri-Pierre (13:46:08) :

    La Toile, Greg, est ce que l’on en fait.
    Certains y plongent dans le gossip et la boue, le cancan et le dérisoire.
    Toi, tu prouves si besoin était, que c’est ausi un irremplaçable outil d’investigation, de recherche et de connaissance.
    Et de partage aussi, merci…

Laisser un commentaire




DANSE avec les étoiles |
Ex-Pression |
CATGRR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ma peinture
| AKHESA
| bricoles