Tzvetan Todorov – L’Esprit des Lumières

14 02 2010

Tzvetan Todorov - L'Esprit des Lumières dans Litterature todorov

 

 

 

À tous ceux qui n’espéraient plus

Les problématiques posées dans ce livre – Que nous reste-t-il des Lumières ? et Comment pouvons-nous aborder leur(s) philosophie(s) au XXIe siècle ? – ne sont pas novatrices. Les utopies formulées par ces philosophes du XVIIIe siècle ont marqué l’avènement de la pensée moderne, où l’être humain est doté d’une autonomie intellectuelle et où la raison triomphe des croyances et des superstitions. N’en déplaisent à certains, le XVIIIe siècle n’est pas celui de la consécration d’un matérialisme décrié par tous les milieux religieux, porte ouverte au colonialisme et aux atrocités du XXe siècle. Au contraire : il consacre la réfutation de l’autorité établie et légitimée pour sa seule sécularité et autorise une émancipation de l’esprit humain.

Cet essayiste de renom nous livre une petite synthèse claire et accessible des idées des Lumières au regard des grands enjeux du XXIe siècle : globalisation, désagrégation des systèmes étatiques, retour du religieux comme valeur refuge… La démarche de Tzvetan Todorov mérite d’être soulignée. Depuis plusieurs années, il publie un essai par an environ, traitant des grands débats de notre société en les inscrivant dans plusieurs siècles d’évolution. Le style y est toujours clair, le propos structuré et la mince épaisseur du livre ne rebute jamais l’acheteur. Todorov fait partie des intellectuels que j’admire, à l’opposé, dans ses démarches, de quantité de ses congénères qui se soucient peu d’être lus et de « se mouiller ». En effet, le milieu intellectuel n’a que trop perdu son aura pour avoir balayé du revers de la main les contestations de ses idées et les croyances, ne voulant pas « s’abaisser » à des critiques dans un langage accessible au grand public. Il se prive, de la sorte, des débats qui émaillent la société. Or, où se passe une bonne partie des débats ? Sur la toile. Celle-ci devient un défouloir et un fabuleux moyen de propagation d’idées reçues. Je ne formule là qu’un souhaite tout personnel : que le monde scientifique et intellectuel s’investisse davantage sur la toile, sous peine d’être, sur le long terme, totalement décrédibilisé. A défaut de se trouver dans le rayon « philosophie » des librairies, peut-être ce genre de livre devrait-il être téléchargeable gratuitement.

Cet essai paru en 2007 n’a pas perdu de son actualité. De Beccaria à Jean-Paul II, en passant par le devoir de mémoire, Wikipédia et les lynchages médiatiques, l’auteur s’interroge et nous livre quelques-uns de ses espoirs : un XXIe siècle non pas religieux mais spirituel, pour paraphraser Malraux. Les espoirs ne doivent pas être placés dans les hommes en tant que créature de dieu mais en tant qu’être vivants dotés de raison et d’esprit. Un livre qui, même s’il ne révolutionnera pas le genre, a le mérite de mettre l’homme au milieu du village. Conseillé.

Tzvetan TODOROV, L’Esprit des Lumières, Le livre de poche (Biblio essais), 2007, 160 p.


Actions

Informations



3 réponses à “Tzvetan Todorov – L’Esprit des Lumières”

  1. 14 02 2010
    Jean-Christophe (15:18:18) :

    Bonjour Mr de l’Estro,
    Sais-tu que tu en dis me donne furieusement envie de lire ce livre ? D’autant que je te suis bien volontiers dans ce que tu relèves au sujet de ces intellectuels qui, en ne voulant pas condescendre à s’exprimer dans un langage accessible au commun des mortels, se coupent de façon irrémédiable des réalités. Tu remarqueras que c’est un phénomène que l’on observe fréquemment dans les milieux musicaux que nous avons, toi et moi, la chance d’observer un peu, où quelques grandes phrases, outre qu’elles masquent quelquefois la vacuité de la pensée, permettent de creuser en un instant un fossé vite infranchissable entre « amateurs » et « connaisseurs », interprètes et public.
    Je vais me procurer cet ouvrage dès que possible, et je te remercie de l’avoir mis en lumière.
    Amitiés,
    JC

  2. 14 02 2010
    lestroarmonico (17:56:02) :

    Bonjour Monsieur JC,

    J’y pensais en écrivant ces lignes. En allant voir dans des disciplines connexes, on se rend compte à quel point la musique reste une discipline « à part » où le caractère sacré est souvent entretenu. Ne doit-on pas s’alarmer qu’à force de la sacraliser ainsi, la musique classique soit confiscée au grand public ? Pire. Que celui-ci en méconnaisse un pan entier, celui du XXe siècle, alors qu’il le reconnaît dans les autres formes d’art ?

    Pour en revenir à Todorov, celui-ci a publié deux essais qui s’annoncent passionnant : « Les Abus de la mémoire » (1995) et « La Peur des barbares : au-delà du choc des civilisations » (2008). Même si le premier date un peu, il n’est pas dépassé, bien au contraire. Je m’en ferai l’échos d’ici, bien entendu. Connais-tu « L’éloge de l’individu » et « L’éloge du quotidien » du même auteur ? Le premier traite de l’humanisme dans la peinture flamande du XVe siècle et le second des scènes d’intérieur dans la peinture hollandais du Siècle d’or comme métaphores d’une utopie sociale. Je te les conseille vivement ! Je les ai dévorés.

    Je suis en tout cas heureux d’avoir suscité chez toi l’envie de te procurer ce livre. J’espère que tu n’en seras pas déçu et – qui sait ? – que tu me feras part de tes remarques, sur ces pages ou les tiennes.

    Amitiés,

    G.

  3. 14 02 2010
    Jean-Christophe (20:11:31) :

    Bien sûr, cher Mr de L’Estro, que je connais les deux ouvrages de Todorov consacrés à la peinture, tu penses bien ;o) Pour le reste, je crois que nous sommes sur la même longueur d’ondes pour ce qui est du nécessaire rapprochement qu’il faut opérer entre la musique et son public. C’est un « combat » pour lequel je compte sur ton aide.
    Fidèlement,
    JC

Laisser un commentaire




DANSE avec les étoiles |
Ex-Pression |
CATGRR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ma peinture
| AKHESA
| bricoles