• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 4 octobre 2009

Andromaque de Grétry

4102009

La musique de la période prérévolutionnaire et révolutionnaire demeure peu explorée, aujourd’hui encore. Alors, c’est un évènement quand on en ressuscite une œuvre, pierre angulaire dans l’histoire de la musique, et, qui plus est, quand le livret n’est autre que celui de Racine… Le Centre de Musique Baroque de Versailles et le chef français Hervé Niquet ont relevés leurs manches pour présenter au public Andromaque de André-Erneste-Modeste Grétry les 18 et 19 octobre prochains… à Paris et à Bruxelles s’il vous plaît.

Andromaque de Grétry dans Musique gretryAndré-Erneste-Modeste Grétry est né à Liège en 1741, issu d’une famille de musiciens. Après des études en Italie, il s’installe à Paris en 1767 où il bénéficie quelques années plus tard du soutien de Marie-Antoinette. La Querelle des Bouffons continue à diviser la France en deux camps : le premier, favorable à l’opéra dit « sérieux » et aux tragédies lyriques, préconise un opéra en français où la musique s’efface devant le verbe et la musicalité naturelle de la langue réformée. le second est composé des partisans de la musique italienne et de sa « légèreté », aux airs faciles, peu prompte à faire réfléchir et à défendre la morale, d’après ses détracteurs. Cette dualité se concentre, à l’époque de Grétry, autour de Gluck, partisan d’une musique sérieuse, et de Piccinni, adepte de l’opéra napolitain.

Grétry, proche de la reine, voit naître l’opéra-comique et participe à sa diffusion. Ses premiers opéras-comiques lui confèrent rapidement l’adhésion du public, notamment pour la fibre sentimentale qui s’en dégage. Il est même considéré comme le compositeur le plus en vogue de la France prérévolutionnaire. Grimm le décrit de la façon suivante : « … il est jeune, il a l’air pâle, blême, souffrant, tourmenté, tous les symptômes d’un homme de génie. » Son succès ne se dément pas, même sous la Révolution, où il devient inspecteur des études au Conservatoire.

Son langage musical est moins complexe que celui de ses prédécesseurs ; il exacerbe les passions, approfondit l’expressivité des sentiments et diversifie la palette des ressorts émotifs de l’opéra-comique. Il va même jusqu’à établir quelques « motifs de réminiscence », dans son Richard Cœur de Lion, qui préfigurent les « affects » chers au XIXe siècle. Grétry, dans ses Mémoires, avoue avoir voulu « contenter tout le monde ». Par la facilité musicale de ses airs et l’expressivité qu’il préfigure, Grétry ouvre les portes du Romantisme.

http://www.sablesursarthe.net/festival2007/presse/photos/Le%20Concert%20Spirituel/slides/Herve%20Niquet%20profil.htmlL’œuvre, Andromaque, qui est jouée en ce mois d’octobre est basée sur l’œuvre éponyme de Jean Racine. Durant sa carrière, Grétry n’a composé que des opéras-comiques, à l’exception de cette tragédie, destinée à l’Académie royale de Musique. Elle offre une dimension nouvelle à la musique, par sa modernité préromantique et prérévolutionnaire.

A l’issue des deux représentations, l’opéra sera enregistré dès le lendemain au Palais des Beaux-Arts, pour les 80 ans de la Salle Henry Le Bœuf. Il paraîtra ensuite dans la collection de livres-cds initiée par les éditions Glossa. Hervé Niquet n’a eu de cesse de d’explorer le répertoire opératique français, avec, à son actif, Proserpine de Lully, Sémélé de Marais, Daphnis et Cholée de Boismortier, Médée de Charpentier, Callirhoé de Destouches… tous inédits au disque ou presque. Le drame et l’empressement submergeaient le spectateur ; Hervé Niquet a toujours fait preuve d’une connaissance très fine de la musique française et ses qualités ne sont plus à démontrer. Par cet évènement, Grétry sera – enfin – mis à l’honneur, d’autant que l’automne musical de Versailles lui consacre un cycle complet. Un évènement, donc.

Interview vidéo de Hervé Niquet à propos d’Andromaque :

Image de prévisualisation YouTube

Revue de presse :

Le Soir :

http://www.lesoir.be/culture/musiques/2009-10-14/andromaque-ressuscitee-732509.shtml ;

La Libre Belgique :

http://www.lalibre.be/culture/scenes/article/536676/la-resurrection-d-andromaque.html

Liens utiles :

Hervé Niquet et le Concert spirituel : www.concertspirituel.com ;

Centre de Musique Baroque de Versailles : www.cmbv.com ;

Théâtre des Champs-Elysées : http://www.theatrechampselysees.fr/saison-detail.php?t=2&s=15 ;

Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (BOZAR) : http://www.bozar.be/activity.php?id=8528&selectiondate=2009-10-19 ;

 

groupe202006 dans Musique







DANSE avec les étoiles |
Ex-Pression |
CATGRR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ma peinture
| AKHESA
| bricoles