• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Détour par l’Académie royale de Belgique

24102009

Le Palais des Académie, à Bruxelles, fait partie des plus beaux bâtiments que possède la capitale. Avec un peu de chance, les passants quotidiens le connaissent par habitude ; les autres le côtoient mais en ignorent l’attribution ou le nom. Pourtant, le Palais s’ouvre petit à petit au public…

Détour par l'Académie royale de Belgique dans Automne img1424

Les origines du palais remontent à l’après-Waterloo. Lorsque Napoléon est défait dans la plaine, ses vainqueurs se partagent l’Europe comme des mercenaires un butin. C’est ce qu’on a appelé le Congrès de Vienne (1815). Ainsi, passent-ils outre les réalités géopolitiques ; la route vers les antagnonismes locaux (entre autres) est toute tracée et, avec elle, celle des révolutions. La Belgique actuelle, quant à elle, est confiée au Prince d’Orange, roi des Pays-Bas. Afin de saluer l’héritier du trône néerlandais à Waterloo, le prince d’Orange décide de faire ériger ce bâtiment qui devient le siège du souverain en Belgique, dès novembre 1828… Moins de deux ans plus tard, en septembre 1830, les troubles éclatent en Belgique et l’Indépendance est proclamée. Le Palais devient alors propriété de l’Etat en 1842. Après de nombreuses affectations, le bâtiment devint finalement le siège des Académies de Belgique, en 1876, rôle qu’il tient aujourd’hui encore.

Dorures, boiseries, stucs, velours, soies et marbres ornent cet édificie qui figure parmi - je le répète – les plus beaux de Bruxelles. Au programme, aujourd’hui, quelques photos du quartier et de la façade du bâtiment, de quelques ouvrages que sa bibliothèque possède et de couchers de soleil. Et, petite nouveauté, je me suis essayé aux photos panoramiques… La suite de la visite nous fera découvrir les lieux.

img1171 dans Bruxelles

img1207 dans Histoire

img1212 dans Photos

img1216 dans Voyages

img1252

img1317

img1381

img1425

img1429

img1431

img1443

img1462

img1466

pano1

panoramiquetrone

panoramiqueplacedespalais

panoramiqueecuries




A la découverte du Sud-Ouest de l’Angleterre – Stonehenge et Winchester

17102009

Ca y est ! Nous y sommes… la dernière escale de ce périple dans le Sud-Ouest de l’Angleterre. Aujourd’hui, nous visiterons Stonhenge et Winchester. Les deux valent le détours. Stonhenge, inutile de présenter ce site carte postale, cliché des courants new age. Il fascine toutefois. Pas uniquement pour les mégalites centraux où s’empressent les visiteurs en pélerinnage (observez bien les photos) mais pour le site dans son ensemble : situé sur les hauteurs, ce sanctuaire vieux de milliers d’années n’est que la pointe émergée de l’iceberg. Formant un cercle tout autour, d’autres tumuli se dressent à égale distance, donnant l’impression d’être au centre d’un je-ne-sais-quoi. Impressionnant…

L’autre escale est la ville de Winchester, charmant bourgade au cachet certain et dont l’attrait principal demeure aujourd’hui… la cathédrale. Etonnant, n’est-ce pas ? Avec le temps « écossais » qu’il faisait, difficile de faire des photos esthétiquement très réussies… l’attrait, cette fois, sera le sujet : un visage dans les mégalites de Stonehenge ; les pierres de la cathédrale de Winchester, tantôt anglo-normandes, tantôt gothiques ; son chevêt affaissé ; les bâtisses construites dans l’ancienne enceinte ; les postures des cygnes… Cette grisaille et cette pluie valaient bien le splendide couché de soleil qui ponctuait la journée en beauté. Des souvenirs inaubliables…

Cette série de photos est dédiée à mes trois amis Sarah, Géraldine et Geoffrey

A la découverte du Sud-Ouest de l'Angleterre - Stonehenge et Winchester dans Angleterre img0119

img0120 dans Ete

img0129 dans Photos

img0135 dans Voyages

img0143

img0145

img0148

img0149

img0153

img0155

img0157

img0156

img0159

img0160

img0166

img0170

img0171

img0190

img0199

img0200

img0201

img0208

img0214

img0220

img0226

img0232

img0236

img0237




Andromaque de Grétry

4102009

La musique de la période prérévolutionnaire et révolutionnaire demeure peu explorée, aujourd’hui encore. Alors, c’est un évènement quand on en ressuscite une œuvre, pierre angulaire dans l’histoire de la musique, et, qui plus est, quand le livret n’est autre que celui de Racine… Le Centre de Musique Baroque de Versailles et le chef français Hervé Niquet ont relevés leurs manches pour présenter au public Andromaque de André-Erneste-Modeste Grétry les 18 et 19 octobre prochains… à Paris et à Bruxelles s’il vous plaît.

Andromaque de Grétry dans Musique gretryAndré-Erneste-Modeste Grétry est né à Liège en 1741, issu d’une famille de musiciens. Après des études en Italie, il s’installe à Paris en 1767 où il bénéficie quelques années plus tard du soutien de Marie-Antoinette. La Querelle des Bouffons continue à diviser la France en deux camps : le premier, favorable à l’opéra dit « sérieux » et aux tragédies lyriques, préconise un opéra en français où la musique s’efface devant le verbe et la musicalité naturelle de la langue réformée. le second est composé des partisans de la musique italienne et de sa « légèreté », aux airs faciles, peu prompte à faire réfléchir et à défendre la morale, d’après ses détracteurs. Cette dualité se concentre, à l’époque de Grétry, autour de Gluck, partisan d’une musique sérieuse, et de Piccinni, adepte de l’opéra napolitain.

Grétry, proche de la reine, voit naître l’opéra-comique et participe à sa diffusion. Ses premiers opéras-comiques lui confèrent rapidement l’adhésion du public, notamment pour la fibre sentimentale qui s’en dégage. Il est même considéré comme le compositeur le plus en vogue de la France prérévolutionnaire. Grimm le décrit de la façon suivante : « … il est jeune, il a l’air pâle, blême, souffrant, tourmenté, tous les symptômes d’un homme de génie. » Son succès ne se dément pas, même sous la Révolution, où il devient inspecteur des études au Conservatoire.

Son langage musical est moins complexe que celui de ses prédécesseurs ; il exacerbe les passions, approfondit l’expressivité des sentiments et diversifie la palette des ressorts émotifs de l’opéra-comique. Il va même jusqu’à établir quelques « motifs de réminiscence », dans son Richard Cœur de Lion, qui préfigurent les « affects » chers au XIXe siècle. Grétry, dans ses Mémoires, avoue avoir voulu « contenter tout le monde ». Par la facilité musicale de ses airs et l’expressivité qu’il préfigure, Grétry ouvre les portes du Romantisme.

http://www.sablesursarthe.net/festival2007/presse/photos/Le%20Concert%20Spirituel/slides/Herve%20Niquet%20profil.htmlL’œuvre, Andromaque, qui est jouée en ce mois d’octobre est basée sur l’œuvre éponyme de Jean Racine. Durant sa carrière, Grétry n’a composé que des opéras-comiques, à l’exception de cette tragédie, destinée à l’Académie royale de Musique. Elle offre une dimension nouvelle à la musique, par sa modernité préromantique et prérévolutionnaire.

A l’issue des deux représentations, l’opéra sera enregistré dès le lendemain au Palais des Beaux-Arts, pour les 80 ans de la Salle Henry Le Bœuf. Il paraîtra ensuite dans la collection de livres-cds initiée par les éditions Glossa. Hervé Niquet n’a eu de cesse de d’explorer le répertoire opératique français, avec, à son actif, Proserpine de Lully, Sémélé de Marais, Daphnis et Cholée de Boismortier, Médée de Charpentier, Callirhoé de Destouches… tous inédits au disque ou presque. Le drame et l’empressement submergeaient le spectateur ; Hervé Niquet a toujours fait preuve d’une connaissance très fine de la musique française et ses qualités ne sont plus à démontrer. Par cet évènement, Grétry sera – enfin – mis à l’honneur, d’autant que l’automne musical de Versailles lui consacre un cycle complet. Un évènement, donc.

Interview vidéo de Hervé Niquet à propos d’Andromaque :

Image de prévisualisation YouTube

Revue de presse :

Le Soir :

http://www.lesoir.be/culture/musiques/2009-10-14/andromaque-ressuscitee-732509.shtml ;

La Libre Belgique :

http://www.lalibre.be/culture/scenes/article/536676/la-resurrection-d-andromaque.html

Liens utiles :

Hervé Niquet et le Concert spirituel : www.concertspirituel.com ;

Centre de Musique Baroque de Versailles : www.cmbv.com ;

Théâtre des Champs-Elysées : http://www.theatrechampselysees.fr/saison-detail.php?t=2&s=15 ;

Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (BOZAR) : http://www.bozar.be/activity.php?id=8528&selectiondate=2009-10-19 ;

 

groupe202006 dans Musique







DANSE avec les étoiles |
Ex-Pression |
CATGRR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ma peinture
| AKHESA
| bricoles