L’Edition Vivaldi : nouveautés (video)

16 02 2008

[important!] Pour ceux qui s’égarent ici à la recherche du dernier disque de l’Edition Vivaldi de Naïve, cliquez sur « Vivaldi » dans les catégories à droite. Vous aurez plus de change de le retrouver là que de sur cette page qui date de février 2008 !

La maison de disques Naïve/Opus 111 poursuit son Edition Vivaldi. Beau projet que celui-là, rappelons-le : enregistrer les quelques 450 manuscrits autographes (sur les 800 partitions répertoriées) conservés à la Bibliothèque Nationale du Piémont ! L’entreprise commença en 2000 (tout un symbole) pour, d’après l’éditeur, s’achever en 2015, avec « plus de 100 disques ».

Arrêtons-nous quelques instants et faisons un bref calcul : 100 (disques) divisé par 15 (ans), ça fait 6,66666666…. soit un peu plus de six disques par an. Hélas, force est de constater que nous en sommes très loin ! (Nous ne sommes qu’au 29e titres après sept ans d’exploitation… et 420 000 exemplaires vendus, comme le précise la vidéo ci-jointe). L’an dernier, nous avions eu droit à quatre opus (dans l’ensemble tous fort bons !)… cette année, trois semblent prévus pour le moment (sans doute que le Stabat Mater/Nisi dominus avec le plateau de super-stars Spinosi-Lemieux-Jaroussky fait-il partie du « quota Vivaldi » dans le calendrier éditorial de Naïve) :

- Les Arie ritrovate : une sélection d’airs alternatifs aux opéras La verità in cimento, Tito Manlio, Orlando furioso, L'Edition Vivaldi : nouveautés (video) dans Musique 0709861304431Scanderbeg et Teuzzone (pour la majorité déjà tous enregistrés) : la comparaison entre les différents versions composées par Vivaldi pourrait être fort intéressante. J’ai déjà eu le plaisir d’entendre quelques extraits de ce récital donné au Festival Saint-Michel (-en-Thiérache, Nord de la France) en juin dernier, et ça n’augure que du bon ! Evidemment, je ne suis pas des plus objectifs puisque j’apprécie beaucoup l’interprétation de Dantone (et son Accademia bizantina) et suis un inconditionnel de Sonia Prina pour sa « couleur » vocale et son timbre (pour plus d’infos, je vous renvoie au blog Alma Oppresa qui dresse un portrait de cette « Freddie Mercury du baroque » (sic) !). Petit jeu après l’écoute du disque : trouver le rapport entre la pochette et une des arie ! Bonne chance ! Date de sortie prévue : 19 février 2008.

- Concerti per violoncello II : heureuse surprise que ce deuxième volume, avec la même équipe que le précédent, sorti l’an dernier : Christophe Coin et Il Gardino Armonico. A ceux que la pochette de l’an dernier avait intrigué en se demandant « mais à quoi peut bien ressembler cette demoiselle de dos ? », ils vont avoir la réponse : pour le second volume de ces concerti pour violoncelle, nous avons droit au « recto » ! … le verso était quand même pas mal !

- La Fida Ninfa (opéra) : après l’avoir déjà un peu rodé voici quelques années, Spinosi et son Ensemble Matheus remonte l’opéra (inédit au disque) La Fida Ninfa avec un plateau assez impressionnant : Sandrine Piau, Sara Mingardo, Philippe Jaroussky, Veronica Cangemi, Stefano Ferrari et Lorenzo Regazzo ! Après une série de représentations (dont Bruxelles le 20 avril, où je répondrai présent), l’équipe enregistre le disque en mai. Je suis heureux qu’un tel « rodage » ait lieu et sur plusieurs années. Les interprêtes ont le temps de s’impreigner à leur aise de la partition et de prendre du recul. Exit les « écarts » entre le disque et les concerts qui suivent (d’un niveau nettement supérieur) comme le Tito Manlio de Dantone dont le disque est, je trouve, assez « sec » alors que le concert, lui, démontrait une meilleure appropriation de l’oeuvre, avec un plateau, certes, différent (et un deuxième acte beau à pleurer). En somme, tout cela ne laisse présager qu’un bel augure ! Date de sortie prévue : septembre 2008.

Comme nous l’observons, Naïve n’innove pas vraiment et ne se mouille pas non plus : l’éditeur reprend les mêmes ingrédients que ses précédents succès au disque et recommence. Si ça marche, on en redemandera ! Merci en tout à cette maison de disques pour ses projets aventureux comme cette belle réalisation vivaldienne ! Espérons toutefois qu’elle aille jusqu’au bout de son entreprise, contrairement aux Tesori di Napoli d’Antonio Florio et sa Cappella de’ Turchini dont les derniers enregistrements se retrouvent isolés de la collection, au nombre d’un disque par an (édité plus de six ans après leur enregistrement !)

Et maintenant, assez parlé : voici le petit vidéo (1min42) de présentation des prochaines sorties de l’Edition dont la politique de marketing ressemble de plus en plus à celle de Virgin…

Image de prévisualisation YouTube


Actions

Informations



5 réponses à “L’Edition Vivaldi : nouveautés (video)”

  1. 21 03 2008
    jardinbaroque (21:56:53) :

    C’est un beau projet que cette édition Vivaldi, mais elle est de plus en plus entachée, à mon sens, par des productions inégales. L’opéra semble avoir retenu toute l’attention de Naïve, et, du coup, les autres volets s’en trouvent quelque peu défavorisés. Le premier volume des Concerti pour violon est une catastrophe, celui des oeuvres pour luth est la reprise, à peine augmentée, d’un enregistrement ancien pas spécialement remarquable desservi, en outre, par une prise de son discutable. Je partage vos réserves sur le Manlio en studio de Dantone, épouvantablement fade, privé du ressort dramatique et de l’allant qui faisaient tout le prix des concerts, notamment celui de Beaune, que Naïve aurait dû retenir pour son édition Vivaldi.
    Je crois que l’éditeur se laisse, hélas, de plus en plus polluer par des objectifs bassement mercantiles, comme le prouve son scandaleux et surmédiatisé Stabat Mater/Nisi Dominus, qui est une des versions récentes les plus médiocres de ces deux oeuvres (j’avais d’ailleurs intitulé le billet consacré à ce disque « Le piège »), une machine à faire de l’argent (un CD de 42 minutes) avec pour alibi un trio d’artistes en vue (Lemieux, Jaroussky, Spinosi). Honnêtement, tout ceci n’augure, à mon avis, pas très favorablement de la suite.

  2. 26 05 2008
    Michaelides Claude (10:03:40) :

    A propos des couvertures de vos CDs : quand renoncerez-vous à vos photographies « décoratives » aussi prétentieuses que ridicules ? D’autant plus qu’elles ne représentent personne qui soit en rapport avec le contenu de chaque CD ! Ce « modernisme » est inadéquat ici.

  3. 26 05 2008
    lestroarmonico (12:14:15) :

    Réponse à Michaelides Claude

    Petite précision par rapport à votre commentaire : je ne fais pas partie des responsables de l’Edition Vivaldi ^^. J’écrivais juste une critique sur le ton cynique (par ma déception) de l’état actuel du projet…
    Ceci étant, même si le modernisme de ces pochettes est parfois périmé assez rapidement au fond, je dois reconnaître que Naive/Opus 111 a toujours oeuvré à dépoussiérer la musique classique. Maintenant, le choix des mannequins est un autre débat et celui-ci, parfois discutable, n’est pas fortuit puisqu’il y a de temps à autres un lien avec le contenu du disque (j’avoue qu’il faut bien chercher)…

  4. 18 10 2008
    MICHAELIDES Claude (16:03:52) :

    Le commentaire signé de mon nom et complété par une photographie NE ME CONCERNENT PAS. Veuillez supprimer immédiatement ces 2 éléments sous le titre lestroarmonico. Seule la critique des couvertures est de mon fait — par conséquent vous pouvez en maintenir la publication.
    Claude Michaelides, vudesirius@noos.fr

  5. 19 10 2008
    lestroarmonico (01:15:28) :

    Il faut à nouveau expliquer : ce que vous appelez titre n’est que le nom de l’auteur (en l’occurence moi-même). Aussi, le texte et la photo qui accompagnent cette dénomination sont miennes et je les maintiens.
    Le « > » (nouvellment remplacé par « Réponse à ») est une écriture courante pour signifier à qui on répond. Vous, dans le présent car (et non Jardinbaroque par exemple).

    Ai-je été assez clair et compréhensible?

Laisser un commentaire




DANSE avec les étoiles |
Ex-Pression |
CATGRR |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ma peinture
| AKHESA
| bricoles